Est-ce qu’un médicament couramment prescrit peut vous faire grossir ?
 
Un regard surprenant sur les effets des antibiotiques sur la flore intestinale et la quantité de graisse au niveau du ventre
 
Commentaires de Mike Geary - Personal trainer certifié, Spécialiste en Nutrition certifié. Article de Mark Sisson, auteur de Best-Seller The Primal Blueprint

Permettez-moi de commencer cet article en disant que je comprends très bien l'importance des antibiotiques dans notre système médical. Ils ont sauvé des millions de vies d'infections graves. Cependant, nous devons tenir compte de certains des effets secondaires de l’utilisation de tant d’antibiotiques tout au long de notre vie, et comme vous le verrez dans cet article, l'augmentation de la graisse du ventre peut être un de ces effets secondaires. Pas vraiment marrant !
 
Nous avons un problème de sur-prescription très grave d'antibiotiques. Et donc nous avons aussi un problème croissant de résistance aux antibiotiques, et peut-être créé des "super bactéries" qui sont plus fortes et plus nocives que jamais.
 
Les médecins prescrivent les antibiotiques comme des bonbons, à chaque petit problème de santé mineur, y compris les infections virales (ce qui n’a aucun sens, étant donné que les antibiotiques tuent les bactéries et pas les virus). Rappelez-vous que chaque fois que vous absorbez un comprimé d’antibiotique, vous détruisez une bonne partie de vos bactéries "amies" dans votre intestin, qui aident à la digestion et votre immunité. Comme j’en suis sûr vous pouvez le comprendre, ces bactéries dans votre intestin sont d'une GRANDE importance pour votre santé.

Donc, chaque fois que vous prenez des antibiotiques, vous tuez essentiellement les bactéries nocives (l'infection bactérienne que vous pourriez avoir), mais vous tuez également les bonnes bactéries (votre flore intestinale de bactéries amicales), et donc, vous perturbez une partie importante de votre système digestif et immunitaire.
 
Comme vous le verrez dans l'article ci-dessous, la prise d'antibiotiques non seulement tue certaines de vos bactéries intestinales bénéfiques, mais un seul cycle d'antibiotiques peut aussi éventuellement perturber de manière PERMANENTE l'équilibre et la santé du "microbiome" de votre intestin.
 
De plus partie choquante du titre de cet article; les antibiotiques peuvent éventuellement aussi augmenter votre graisse abdominale. Aïe !
 
Quelques passages importants dans l'article ci-dessous doivent attirer votre attention :
 
1. La transplantation de la flore intestinale de souris obèses à des souris maigres fait grossir les souris préalablement maigres... preuve convaincante que la flore intestinale a un lien important avec les niveaux de graisse corporelle.
 
2. Dans l'étude ci-dessous sur les antibiotiques utilisés chez les anciens combattants américains, prennez note de l'augmentation par un facteur six de l’hormone ghréline, et comment la ghréline augmente votre appétit, et peut également augmenter la graisse abdominale.
 
3. Prennez note également de la façon dont les antibiotiques sont utilisés en tant que promoteurs de croissance dans les élevages... en particulier pour augmenter les niveaux de graisse du corps et des muscles de la viande. Il n’est pas inadéquat d’y corréler cette augmentation de la graisse viscérale chez l'homme au niveau de l'abdomen.
 
Hum ... vous voudrez peut-être poser la question à votre médecin la prochaine fois qu'il / elle vous prescrit des antibiotiques et vous assurer qu'ils sont vraiment nécessaires pour votre survie.
 
 
Les problèmes avec les antibiotiques : Ils tuent les gentils et font grossir.
 
par Mark Sisson, auteur du best-seller The Blueprint Primal
 
Chaque fois que vous prenez des antibiotiques, des milliards de bonnes bactéries de la flore intestinale sont détruites.
 
Comme je l'ai mentionné dans de recents articles, les antibiotiques ne sont pas conçus pour cibler les cellules humaines, mais on ne peut pas en dire autant pour les bactéries commensales vivant dans nos tripes. On peut même dire, que la plupart des antibiotiques ne font aucune distinction entre "bonnes" et "mauvaises" bactéries. Ils ciblent les bactéries. Ils ne sont pas nous, ce sont des entités étrangères, mais nous ne serions pas nous sans elles. Nous en avons besoin pour fonctionner correctement.
 
C’est un peu comme faire appel à un exterminateur pour tuer les insectes qui infestent votre maison, et le gars finit par tuer votre chien et votre chat commence à avoir d’étranges réactions, en même temps de tuer les insectes. Le travail est fait, et techniquement il a fait ce que vous avez demandé, mais maintenant qu’est ce que vous allez dire à votre enfant ? Que son ami a déménagé dans une ferme hors de la ville pour être chien de berger et vous allez lui expliquer pourquoi votre chat fait pipi sur le canapé et se gratte l’estomac (une légère incontinence, peut-être ?). Pas très amusant, et pas vraiment ce que vous vouliez.
 
Les résultats d'une étude réalisée en 2010 sur les effets durables des antibiotiques sur la flore intestinale sont plutôt effrayants. Sur une période de 10 mois, trois individus - des hommes - sur chacun ont a utilisé de la ciprofloxacine à deux reprises, un antibiotique très couramment prescrit souvent utilisé pour traiter les os et les articulations, les infections des voies respiratoires, la gastro-entérite, l'endocardite, les infections des voies urinaires, la cellulite, la diarrhée infectieuse, l’infection par l'anthrax, la fièvre typhoïde et les infections de la peau pour n’en nommer que quelques-unes. En d'autres termes, il est considéré comme un antibiotique fiable à tout usage, efficace pour toutes les espèces (les vétérinaires prescrivent souvent de la cipro). Donc, qu’est ce qui est arrivé aux populations de la flore intestinale des patients après avoir pris de la cipro ?

Dans les trois à quatre jours du programme de traitement, la biodiversité intestinale avait disparue et la composition avait été modifiée. Le restant de la flore s’était homogénéisé, et les divers rapports de plus de 400 espèces de bactéries qui vivaient dans l'intestin étaient déséquilibrés. Une semaine après la fin de chaque traitement, la flore intestinale avait récupéré, mais seulement légèrement. C’était l’ombre d'elle-même. La diversité s’était améliorée, mais pas au niveau d'origine. La composition a commencé à se normaliser, mais de manière incomplète. Les choses étaient stables et la diversité / composition était protégée contre d’autres changements, mais l'état de la flore protégée n'était pas dans le même état qu’avant la cipro.
 
Les auteurs admettent que ce sont des espaces inexplorés. Ils ne savent pas, et ne prétendent pas savoir, quels sont les effets au long terme d'un microbiome modifié dans votre intestin. Ils utilisent les mots "bonnes" ou "mauvaises" pour décrire les bactéries. Ils savent juste que la flore est modifiée, et que pour autant qu'un essai sur dix mois puisse nous dire elle l’est peut-être pour de bon. (Effrayant)
 
Je ne sais pas, mais j'ai dans l’idée que peut-être, juste peut-être, que modifier à jamais notre flore intestinale n’est pas une bonne idée. Je pense que les chercheurs seraient d'accord, mais ils ne peuvent pas dire quoi que ce soit sans le savoir à coup sûr, bien sûr. Mais mon idée n’est pas exactement sans fondement. Nous avons des preuves qu’une flore intestinale altérée est associée à la prise de poids. Nous avons même des preuves que les antibiotiques causent un gain de poids. Jetons un coup d'œil de plus près.
 
Tout d'abord, bien entendu, il y a l'utilisation répandue des antibiotiques pour "augmenter la croissance" du bétail. J'utilise des guillemets parce que ce qu'ils font vraiment est de rendre le bétail GRAS en perturbant le microbiome de leurs tripes. Une étude a même déterminé que l'élimination de l'administration systématique d'antibiotiques au bétail à fins d'augmenter le gain de poids n’affecterait pas la disponibilité de protéines alimentaires dans les pays en développement. Je pense que la raison en est que les antibiotiques augmentent la graisse corporelle de ces animaux, plutôt que d'induire une hypertrophie de la viande musculaire, à moins que vous ne connaissiez des culturistes qui utilisent de la pénicilline et de la cipro régulièrement, le gain de poids résultant est plus à mettre sur le compte des matières grasses que des protéines.
 
D'autres animaux offrent de meilleures possibilités pour comprendre les effets favorisant l'obésité de la modification de la flore intestinale. Comme, par exemple, les souris :
 
Une équipe de chercheurs a transplanté des bactéries de l'intestin de souris obèses à des souris maigres. La souris maigre a vu sa graisse corporelle augmenter de 60% et, dans les 14 jours une chute rapide de la résistance à l'insuline suite à la modification de la flore intestinale.
 

Dans une étude ultérieure, les membres de cette même équipe ont induit l'obésité chez les souris par l'alimentation. Comme elles s’engraissées, un type spécifique de bactéries, la Firmicutes fleuri, a commencé à proliférer dans l'intestin. La transplantation de cette firmicute à des souris maigres les a fait grossir. Les souris maigres qui ont reçu des greffes à partir de donneuses maigres ne grossissaient pas par contre.
 
Oh, et il y a aussi des preuves récentes chez les hommes. Ces mêmes chercheurs qui ont montré que les souris maigres ont différentes flores intestinales que les souris grosses et que le transfert de la flore de souris grosses faisait grossir les souris maigres ont voulu savoir si cela était vrai chez les hommes. Ca l'est. Tout comme les souris, les intestins des hommes maigres contiennent plus de flore bactérienne de type phylum Bacteroidetes et moins du type phylum Firmicutes, alors que les hommes obèses ont une flore plus élevée en Firmicutes. En outre, les souris et les hommes avec une flore intestinale "obèses" (riches en Firmicutes) tirent plus d'énergie de la nourriture et ont une capacité accrue à stocker cette énergie".
 
Okay. Il semble donc assez clair que les bactéries de l'intestin jouent un rôle dans l'obésité, et il y a des preuves solides que c'est un rôle causal. Mais les études jusqu'à ce jour ont seulement montré que la modification de la flore intestinale en ajoutant la flore des animaux obèses aux intestins d'animaux maigres fait gagner du poids. La question, alors, est de savoir si la modification de la flore intestinale par l'intermédiaire de l'utilisation d'antibiotiques peut avoir des effets similaires sur le poids.
 
Un certain Martin Blaser, chercheur du NYU en microbiome, croit avoir la réponse. Citant l'étude de 2010 mentionnée plus haut et une autre dont il est l'auteur, il spécule que non seulement l'utilisation des antibiotiques modifie de façon permanente notre flore intestinale, mais elle favorise également l'obésité.
 
Blaser a examiné l'effet des antibiotiques sur l’Helicobacter pylori, un membre commun du biome de l'intestin humain. Bien qu'il y ait des preuves que H. pylori augmente le risque d’ulcères et de cancer gastrique, ce qui en fait une cible populaire pour les médecins (même chez les patients asymptomatiques) qui brandissent le marteau des antibiotiques, il vit également dans les intestins humains depuis au moins 58.000 ans. Vous pourriez imaginer que bafouer au hasard une cohabitation aussi longue pourrait avoir des conséquences imprévues. Et vous auriez raison.
 
Blaser a utilisé d’anciens combattants américains à qui on devait effectuer une endoscopie gastro-intestinale supérieure (examen fin du tractus gastro-intestinal supérieur). Sur les 92 vétérans, 38 n'avaient pas d’H. pylori, 44 ont été testés positifs au H. pylori, et 10 étaient dans une zone indéterminée. 23 des H. pylori positifs ont reçu des antibiotiques, et pour tous sauf deux le H. pylori a été totalement éradiqué. Donc, qu’est ce qui est arrivé aux 21 sujets qui avaient des H. pylori, mais qui les ont éradiqués par des antibiotiques ?
 
Ils ont gagné du poids. Leurs BMIs ont augmenté de 5%, plus ou moins 2%. Les autres vétérans n’avaient aucun changement de poids.
 
Les niveaux de leptine ont augmenté de 20%.
 
La ghréline postprandiale a été multipliée par six.
 
L'augmentation de la ghréline est l'effet le plus intéressant pour moi. Elle fait un certain nombre de choses, dont la principale est d'augmenter la faim. Des niveaux élevés augmentent également la graisse abdominale. Ainsi, après la prise d'antibiotiques et la perte de tous leurs H. pylori, les patients ne sont pas aussi satisfaits après les repas, ils ont gagné plus de poids, et le poids qu'ils ont gagné a été probablement concentré dans l'abdomen. Plein de mauvaises choses. J'ai déjà écrit à propos des dangers de la graisse abdominale; ce n’est pas juste une question de "belle apparence nu".
 
Sérieusement, les antibiotiques comme promoteurs de croissance dans l'élevage ont vraiment du sens quand vous mettez tout cela ensemble. Ils vous donnent toutes sortes de trucs super :
 
Une conversion plus efficace des aliments en énergie. Ce qui baisse les coûts alimentaires.
 
Des taux de ghréline plus élevés qui favorisent une plus grande accumulation de graisse viscérale. Plus de marbrure de graisse.
 
C’est bon pour l'économie de l'élevage industriel... mais c’est pas bon pour la santé humaine !
 
-Mark Sisson, auteur à succès de The Blueprint Primal
-------------------------------------------------- -------------------
 
Les suggestions de Mike :


Tout d'abord, je voudrais personnellement ne jamais avoir à prendre des antibiotiques à moins d'avoir une infection mortelle.
 
Le maintien d'une bonne santé et un système immunitaire efficace est une solution pour éviter les maladies et les infections courantes. Deux des choses les plus importantes qui me viennent immédiatement à l’esprit sont; de charger continuellement votre système avec des probiotiques (pour renforcer vos colonies naturelles de la flore intestinale), et aussi de maintenir des niveaux adéquats de vitamine D à partir de votre régime alimentaire et à travers l’exposition au soleil tous les jours (qui est d'une importance vitale pour votre système immunitaire).
 
Si vous avez pris des antibiotiques et ainsi perturbé la santé de votre flore intestinale, vous devez vous assurer que vous faites de votre mieux pour rétablir votre flore intestinale avec des probiotiques. Vous souhaiterez diversifier les sources de probiotiques pour obtenir un grand nombre des différentes souches de bactéries "amies" et d'autres microbes. Les bonnes sources de probiotiques sont les aliments tels que le yaourt, le kéfir, la choucroute, le kimchi, le thé kombucha, et autres boissons probiotiques, et un bon supplément de probiotiques.
 
Si vous vous maintenez en bonne santé et maintenez un système immunitaire efficace, vous réduisez considérablement vos risques d'infections et autres maladies. Personnellement, je n'ai pas pris d’antibiotiques depuis que je suis adolescent (et je ne prendrais jamais un nouvel antibiotique à moins d'avoir une infection mortelle), et je n'ai pas non plus été malade (même pas un rhume) depuis au moins 7 ans.
 
Vous pouvez lire cet article pour voir mes 7 conseils efficaces pour ne jamais tomber malade. Les conseils donnés dans cet article sont très efficaces pour stimuler votre système immunitaire afin d’éviter en premier lieu de tomber malade.

 

Mike Geary
Spécialiste diplômé en Nutrition
Entraîneur personne Diplômé
Auteur – Tout sur les Abdominaux
Co/Auteur – La Cuisine Brûleuse de Graisses
Le Top 101 des aliments qui COMBATTENT le vieillissement
Stoppez votre Diabète





D'autres articles populaires de notre site :

Le four à micro-ondes est-il sain et sans risques pour votre santé ?

Le top 5 des condiments les plus sains (et les PIRES)

3 Astuces pour faire du café plus sain pour la santé 

Plan alimentaire pour une parfaite digestion et un super système immunitaire



Autres articles :

Les avantages de guérison du BOUILLON D'OS (pour vos intestins et vos articulations)

 

© 2004-2018 ToutsurlesAbdos.Com - Exercices pour de superbes abdos, Entraînement pour un ventre plat, Comment perdre son ventre.

Nous prenons votre vie privée très au sérieux. Notre politique de confidentialité est ici.