Une ancienne végétalienne raconte comment le véganisme détruisait sa santé
 
Un des articles les plus fascinants que je n’ai jamais lus...
 
L’article ci-dessous a été écrit par une ancienne bloggeuse végétarienne pure et dure nommée Tasha de voraciouseats.com qui était une végétalienne stricte pendant plus de 3 ans et demi. Récemment, elle en est revenue et a admis que son régime végétalien avait détruit sa santé, et l’article ci-dessous détaille toutes ses pensées, ses émotions, sa confusion, son défi contre les médecins lui ordonnant d’inclure au moins de petites quantités d'aliments d’origine animale et beaucoup d’autres choses qui se sont produites pendant cette période.
 
C'était une lecture si intéressante, que je voulais la republier ici pour que vous puissiez la lire.
 
Étonnamment, selon son blog, après avoir posté son histoire sur la raison pour laquelle elle a mis fin à son véganisme, elle a même reçu des menaces de mort contre elle et sa famille pour avoir admis son histoire et "parler contre le véganisme" pour ainsi dire. Ce n'est pas surprenant puisque certains végétaliens (pas tous) traitent le véganisme presque comme un culte extrémiste ou une religion que personne ne peut contredire.
 
Maintenant, de mon point de vue, je tiens à préciser que je soutiens les végétaliens en ce qui concerne leurs croyances concernant l'agriculture industrielle, et je suis tout à fait d'accord avec le fait que l'industrie agricole (surtout aux États-Unis) est horrible et doit être combattue. Cependant, je ne suis pas d'accord sur le plan nutritionnel avec un régime à 100 % végétalien, car je crois qu'il est extrêmement difficile d'éviter de nombreuses carences nutritionnelles, et il n'y a aucune raison de ne pas inclure au moins une petite quantité de produits d'origine animale élevés à l’air libre, humainement, tels que des variétés d’œufs, à partir d'une véritable ferme.
 
Je tiens également à préciser que même si je ne suis pas d'accord avec un régime végétalien d'un point de vue nutritionnel, je n'ai rien contre les végétaliens personnellement et je suis ami avec un certain nombre d’entre eux.
 
Maintenant, un végétalien endurcit va argumenter que les déficiences nutritionnelles ne sont pas un problème tant que vous les complétez, mais le fait est, que c'est un problème pour beaucoup, comme pour les formes supplémentaires de certains nutriments comme le fer et la B-12 qui ne sont tout simplement pas utilisés par le corps à partir d'un supplément de la même manière qu'à partir d'une source animale. En fait, Tasha parle de ce sujet précis si vous lisez ci-dessous et pourquoi les suppléments n'ont pas fonctionné pour elle, et elle réfute les accusations insultantes d'autres végétaliens qu'elle "n'a pas fait le véganisme comme il fallait".

La vitamine K2 est une autre vitamine extrêmement importante qui est presque impossible à obtenir à partir d'un régime 100 % végétal, à moins de manger des légumes fermentés très spécifiques qui ont été obtenus par une culture bactérienne spécifique qui produit de la K2. Mais les aliments pour animaux comme le beurre et la crème de pâturage sont les meilleures sources de vitamine K2, et les végétaliens peuvent généralement être très déficients en cette vitamine spécifique, qui peut perturber l'utilisation de la vitamine D, et aussi le métabolisme du calcium dans votre corps si vous êtes déficient en K2.
 
Aussi, je ne vois pas l’intérêt pour quiconque d’être à 100 % végétaliens extrémistes quand il y a tout simplement tellement de façons de manger au moins une petite quantité d'œufs, de poisson ou de certains aliments à base d'autres animaux qui peuvent aider à supprimer la déficience nutritionnelle, mais le faire d'une manière responsable à partir d'une ferme qui élève les animaux correctement et humainement (oui, celles-ci existent encore si vous faites un effort).
 
Après tout, vous ne pouvez pas nier le fait que les humains de chaque culture autour du monde ont toujours mangé un régime omnivore tout au long des 200 000 ans de notre vie en tant qu’homo sapiens (et aussi loin en arrière que 2 millions d'années avec nos ancêtres, homo erectus et Neandertal)... certaines cultures évidemment avec de petites quantités de nourriture d’origine animale et d'autres cultures avec des quantités beaucoup plus élevées de nourriture d’origine animale... mais chaque culture autour du monde a toujours été omnivore tout au long de l'histoire de l'humanité.
 
J'ai également trouvé très intéressant ce qu'elle dit au sujet d'autres auteurs végétaliens, blogueurs végétaliens, etc. qui l’ont contacté après qu'elle soit "sortie" et lui ont confié qu'ils n'ont jamais été 100 % végétalien... qu'ils ne pourraient jamais complètement le faire sans aucune nourriture animale du tout, mais ils étaient trop honteux de l'admettre ouvertement à la communauté végétalienne.
 
C'est une lecture extrêmement fascinante... voyez ci-dessous pour l'article de Tasha
 
Mike
 
Voici l'article de Tasha sur son combat contre le véganisme :
 
Beaucoup d'entre vous savent que j'ai récemment eu des difficultés pour la première fois dans ma vie avec des problèmes de santé. Quand j'ai découvert que mes problèmes étaient un résultat direct de mon régime végétalien j'ai été dévastée. Il y a 2 mois, après avoir appris à la dure que tout le monde n'est pas capable de maintenir sa santé en tant que végétalien, j'ai pris l'une des décisions les plus difficiles de ma vie et j'ai renoncé au véganisme et recommencé à manger un régime omnivore. Ma santé est revenue immédiatement. Cette expérience a été humiliante, révélatrice et profondément transformatrice. Pour voir toute l'histoire, continuez à lire...

 
Partie 1 - Choc de santé


Quand le docteur m'a dit d'abord que j'avais de nombreuses carences en vitamines et en minéraux, que j'étais presque anémique, et que ma B12 était si basse qu'il voulait me donner une injection immédiatement, j'ai refusé de le croire. En fait, je lui ai demandé de me montrer les résultats des analyses de sang parce que je pensais qu'il devait y avoir une sorte d'erreur. Mais il n'y avait pas d'erreur, c'était juste là noir sur blanc ; carences et anomalies dans les résultats.
 
Les résultats expliquaient parfaitement pourquoi je me sentais faible et épuisée depuis plus de 6 mois. Alors que je vivais pour l’entraînement et que même une heure sur l'elliptique n'était pas assez pour moi, récemment faire plus de 20 minutes à un rythme tranquille me faisaient rêver de passer le reste de la journée au lit pour récupérer. Quand je pouvais dormir jusqu'à midi, je me sentais désorientée en me levant, je ne me souvenais pas des mots simples ou les noms de mes amis, et j'avais froid même au milieu d'un été saoudien étouffant. Parmi la myriade des symptômes que j'ai énumérés ici et ceux que je ne vais pas décrire publiquement, le pire de tous a été ma dépression. Cet ennemi perpétuel et dur que j'avais combattu à maintes reprises était en train de se glisser dans ma vie, peignant les bords de mon monde en un noir écœurant et me volant la joie pour laquelle j'avais combattu si désespérément.
 
Le médecin, qui était gentil et très compréhensif, était étonnamment bien informé sur les régimes végétaliens et avait une longue carrière de spécialisation en nutrition. Après avoir écarté toute autre condition médicale possible, il a parlé patiemment entre mes larmes et mes sanglots et m’a expliqué que oui, il était plus sain pour les humains de manger une grande quantité d'aliments végétaux variés, mais que nous aurions tort d'ignorer les petites quantités d'aliments d’origine animale dont beaucoup d'entre nous ont tellement besoin. "La plupart des corps humains fonctionnent de façon optimale en consommant occasionnellement des produits d’origine animale. Les œufs et les morceaux de viande de temps en temps sont de petites, mais très importantes parties d'une alimentation saine". M’a-t-il dit, avec un air de douleur sur son visage. Il pouvait voir à quel point c'était difficile pour moi.
 
Il m'a dit que bien qu'il y ait des gens qui peuvent être en bonne santé sur une alimentation végétalienne, ou principalement végétalienne, il y avait beaucoup de gens qui ne pouvaient tout simplement pas. Après tout, chaque être humain est biologiquement et physiologiquement différent, m’a-t-il expliqué. J'ai écouté patiemment, réfutant ses arguments avec les connaissances que j'ai glanées au fil des ans. Après tout, je n'étais pas seulement une végane régulière, j'étais une dure, bien pensante et oh si critique évangéliste. Je n'ai jamais laissé échapper une occasion de prêcher. Il était prêt. Tout aussi patiemment, il a expliqué combien les "faits" que je citais étaient tout simplement faux, ou avaient été présentés d'une manière qui faussait la vérité. C'était horrible et j'ai failli m’évanouir dans son bureau tellement j'étais désemparée.
 
Il a respecté le fait que je m’étais engagée à rester végétalienne et a travaillé avec moi pendant plus d'une heure pour comprendre comment je pourrais maximiser les éléments nutritifs dans mon régime végétalien déjà superbement sain. Selon lui, je faisais déjà tout ce qu’il fallait. Avec des suggestions alimentaires mineures, il a également recommandé une variété de suppléments en plus de ceux que je prenais déjà tous les jours, y compris des comprimés de fer.
 
Je suis restée silencieuse quand il m'a donné l'injection de vitamine B, j'ai essayé de ne pas pleurer en faisant la queue à la pharmacie pour mes comprimés de fer, et quand je suis arrivée à la maison, j'ai caché les papiers et la boîte de pilules au fond de ma table de chevet. Je n'ai rien dit à personne pendant des jours, pas même à Cody. J'avais échoué et ce serait mon sale petit secret.
 
Pendant une semaine, j'ai pris les pilules de fer avec vigilance, d'une façon ou d'une autre ignorant le fait qu'ils n'étaient pas végétaliens. J'avais senti une petite amélioration immédiatement après l'injection de vitamine B, et j'espérais le même effet avec les pilules de fer. Malheureusement, il était évident après seulement quelques jours qu'elles me rendaient malade. Je ne pouvais pas garder la nourriture, je passais des heures chaque jour dans la salle de bains, alternativement courbée ou penchée au-dessus des toilettes. Je perdais du poids et me sentais pire que jamais.
 
Je suis retournée chez le médecin et, tout aussi patient que jamais, il m'a dit que je ne manipulais pas bien les pilules. Je suis sensible à presque tous les médicaments, même l’Advil me rendait malade, donc ce n'était pas une surprise. Il m'a demandé si j'envisageais d'ajouter quelques œufs dans mon alimentation de tous les jours. Je secouai la tête, quelques œufs ne pouvaient pas vraiment être importants. Il m’a expliqué que si, qu’ils l’étaient vraiment. Mais j'ai encore dit non. Absolument pas. Après une autre longue séance de conseil, il a écrit une autre ordonnance pour un autre type de supplément en fer. Encore une fois, j'ai essayé de lutter contre mes larmes à la pharmacie.
 
La nouvelle série de pilules était encore pire. Je préférais me sentir faible, étourdie, et déprimée, que d’avoir violement mal. Après 2 semaines j'ai jeté les pilules dans la poubelle et suis retournée à nouveau chez le médecin.
 
il m'a parlé pendant un long moment, m’expliquant de nouveau en détail comment et pourquoi un régime végétalien endommageait mon corps. La nutrition est une science choquante et inexacte ; personne ne comprend complètement la danse complexe des vitamines et des minéraux, beaucoup moins la synergie des aliments entiers et leur rôle dans notre santé. Mais il a essayé de me donner un aperçu aussi complet pour que je comprenne. Il m’a parlé de la vitamine A, de la taurine, du rétinol, du bêta-carotène, de la vitamine D, des acides gras oméga, ainsi que de la B12 et des résultats désastreux et irréversibles qui se produisent lorsque le corps épuise enfin ses dernières réserves de cet ingrédient crucial pour la santé, et beaucoup plus encore.
 
Il a expliqué comment les problèmes de santé auxquels nous sommes confrontés dans le monde occidental ne sont pas causés par les produits d'origine animale, loin de là. Les humains ont consommé des animaux (en beaucoup plus grandes quantités que nous le faisons maintenant) pendant des millions d'années sans mauvais effet, et historiquement il n'y a jamais eu une culture seulement végétalienne. Nous devons examiner les récentes additions à notre alimentation pour découvrir les causes de nos fléaux modernes et soudains : le sucre raffiné, les huiles végétales hydrogénées, les graisses transformées, les farines raffinées, la toxicité chimique et la dénaturation industrielle de toutes les formes d'aliments. Selon lui, éviter les produits d'origine animale sains, organiques/bios n'était pas seulement inutile pour une bonne santé, mais dans la plupart des cas préjudiciable à notre bien-être.
 
"Vous voyez, conclut-il, pour beaucoup, sinon la plupart des gens, un régime totalement végétal n'est pas une bonne chose. Il ne fonctionne évidemment pas pour vous et il n’y a pas de quoi avoir honte. Le corps a évolué pour utiliser la viande efficacement et sainement, pas des comprimés ou des pilules. Vous prenez des suppléments de B12 depuis des années, et vous avez essayé de prendre des suppléments de fer pendant des semaines, et ils n'ont pas été utilisés par votre corps. Les suppléments sont un substitut très pauvre comparé aux aliments entiers. Prendre des médicaments n'est pas la meilleure option et ce n'est pas nécessaire ; Vous pourriez presque certainement retrouver votre santé avec une alimentation équilibrée. Je vous recommande d’essayer".
 
Je secouai la tête en silence.
 
"Je suis désolée, je ne peux pas. Je ne le ferai pas". Je lui ai dit pour la millionième fois, essuyant les larmes qui coulaient sur mon visage. "Cela ne va pas se produire. Je me fiche de mon état de santé. C’est mauvais de manger des animaux !".
 
Il se pencha en avant sur son bureau et fit une ultime tentative pour que je réfléchisse plus attentivement à ma santé et à mon bien-être. "Natasha, vous vous faites du mal. Vous êtes très, très malade. Vos cheveux tombent, votre dépression est de retour, et vous vous rendez malade. Vous ne pouvez pas continuer comme ça".
 
Je le fixai pendant plusieurs secondes, puis me levai et sortis de la pièce.
 
J’y suis retournée régulièrement pour mon suivi de vitamine B (et plusieurs autres visites avec plusieurs autres médecins différents, y compris un cardiologue - plus de détails plus tard), mais je ne faisais que suivre le mouvement, j'ai toujours évité de m'attarder sur les problèmes de santé graves, c'était juste trop douloureux.
 
J'ai continué à manger sainement, comme je l'ai toujours fait. Une tasse entière de légumes verts, tous les matins dans mon smoothie de fruits, haricots presque tous les jours, des tonnes d'agrumes dans mes assiettes de collation, tofu, tartes de noix trempées, grains entiers, grains germés et légumes grillés et bien sûr mes vitamines quotidiennes, toutes les délicieux, et bons aliments que j’adorais. Ce régime était censé me remettre en bonne santé en plus de sauver le monde, ne pas me rendre malade. Tout ce que les végans m'avaient dit, c'était que c'était la meilleure façon pour les humains de manger.
 
Je voulais désespérément que ce soit vrai, pour faire passer mon éthique au-dessus de ma physiologie.
 

Bien sûr, je ne m’étais jamais demandé pourquoi j'avais constamment faim. Pourquoi 2 hamburgers végétariens, une salade géante de légumes crus, et un bol de noix, ne pouvaient pas me rassasier plus de 2 heures. C'était épuisant, physiquement douloureux et fastidieux d'essayer de me nourrir, mais j'ai pensé que ça en valait la peine. J'étais en bonne santé. Ou du moins, c'est ce que je pensais jusqu'à qu'il en soit prouvé autrement. Je ne suis toujours pas sûre de savoir pourquoi j'ai accepté pendant si longtemps que la fatigue, l'épuisement et la dépression croissante étaient une partie normale de la vie qui était à prévoir en vieillissant. Après tout, j’ai seulement 28 ans et je n'ai jamais de ma vie souffert d’une mauvaise santé. Mais le fait est que je voulais que le véganisme fonctionne. Je voulais désespérément que ce soit juste, pour que mon éthique surpasse ma physiologie.
 
J'ai délicatement abordé le sujet de ma mauvaise santé avec plusieurs amis végétaliens. J'ai même fait des commentaires sur d'autres blogs et sur Twitter en soulignant mes luttes. La réponse n'avait rien de moins choquante. En l'espace de quelques jours seulement, j'ai reçu une avalanche de courriels de blogueurs "végétaliens" qui m'ont dit en toute confiance qu'ils n'étaient pas vraiment végétaliens dans la réalité. Ils mangeaient des œufs, ou du poisson occasionnellement, ou un morceau de viande, tous pour se maintenir en bonne santé, mais ils étaient trop effrayés pour l'admettre sur leurs blogs. J'ai même reçu des emails de deux membres très en vue et très respectés de la communauté végétalienne AR. Un auteur de livre végétarien publié et beaucoup apprécié, l'autre un blogueur réputé des droits des animaux, leurs emails détaillaient leurs luttes non-publiques pour la santé et leur retour à la consommation de viande. Beaucoup de gens m'ont envoyé des liens vers d'autres végétaliens qui avaient lutté contre des problèmes de santé liés au véganisme et avaient été forcés de recommencer de manger des animaux et des produits d'origine animale, ou avaient décidé d'arrêter de suivre un régime végétalien : Raw Model, Debbie Does Raw, Daniel Vitalis, Sweetly Raw, Chicken Tender, The Non-Practicing Vegan, and PaleoSister, pour n'en nommer que quelques-uns. Il était rafraîchissant de savoir que je n'étais pas la seule souffrant de ce problème, et plus j'en ai entendu, plus il semblait que je n'étais même pas en minorité.
 
Malheureusement, il y avait également des masses de personnes qui m'ont contacté pour offrir des conseils non sollicités et souvent insultants de condescendance. Ils ont fait en sorte de me faire savoir que j'étais seulement malade parce que je faisais mal mon "véganisme". "Avez-vous essayé plus de végétaux / haricots / tofu / noix"? Les questions étaient implacables. J'ai été déconcerté par les suggestions de manger des baies de goji importées, utiliser de la poudre de maca dans mes smoothies, ou manger plus de spiruline. Toutes ces recommandations exotiques étaient censées être nécessaires pour me rendre ma santé avec un régime qui était annoncé comme naturel et idéal ; cela n'avait absolument pas de sens.
 
Beaucoup plus de végétaliens ont roulé des yeux, ouvertement sceptiques que je puisse me sentir malade en premier lieu. La prise de conscience que les gens que j'avais précédemment considérés comme des amis ; étaient tombés si bas, qu’ils refusaient de croire à la véracité de mes problèmes de santé, c'était choquant. Pouvaient-ils sincèrement penser que j’avais renoncé au véganisme immédiatement ? Croyaient-ils vraiment que je n'avais pas essayé tout ce qui était en mon pouvoir pour que ça fonctionne ? "Passez 1 jour dans mon corps à peine capable de marcher du fait de l'épuisement, sentez les vertiges, le froid, et la déprime, et jugez-moi !" Je voulais leur crier. Mais je ne l'ai pas fait. J’ai juste arrêté d’en parler.
 
En tant que féministe, cette rhétorique qui haïssait le corps me fâchait.
 

Après cela, je me suis murée dans le silence pendant plusieurs mois. J’ai menti à moi-même, à mes lecteurs, au monde en disant que je me sentais saine et bien, alors qu'en réalité, je me sentais pire que jamais. Pendant ce temps, j'ai vu docteur après docteur et ai essayé chaque suggestion et recommandation, espérant désespérément une guérison. J'étais déterminée à faire travailler le véganisme : j'étais toujours convaincue qu’à l’étape suivante, je trouverais la solution. J'ai essayé de contourner la question de mes problèmes de santé avec des compagnons végétaliens, insistant sur le fait que toute personne qui n’était pas en bonne santé avec un régime végétalien évidemment "ne le faisait pas bien". Je voulais crier, mais au lieu de cela, j'ai gardé ma bouche fermée, et écouté leurs opinions arrogantes et ignorantes sur les raisons qui faisaient que tant de gens "échouaient" au véganisme. Certaines personnes ont même suggéré que ceux d'entre nous qui ne pouvaient pas rester en bonne santé en tant que végétaliens devraient volontiers sacrifier leur santé pour la cause. En tant que féministe, cette rhétorique qui détestait le corps m'a énervé. La participation volontaire au déni et à la dégradation de mes besoins corporels étaient teintés de misogynie, du contrôle patriarcal et de la violence contre le corps féminin et tout ce que je combattais. Mais là encore, j'ai gardé ma bouche fermée. Je ne savais pas quoi faire d'autre.
 
Pendant 3 ans, j'ai construit toute ma vie sur les principes du véganisme. C'était la passion de ma vie, ma lumière directrice. Être végétalien était tout pour moi. Je croyais que mes actions avaient fait de moi une croisée des droits des animaux ; je sauve des vies et change le monde maintenant, je pense autrement, mais il m’a fallu beaucoup de temps pour réaliser cela. Pendant des mois, j'étais consumée par ma maladie auto-induite, mais je ne pouvais toujours pas abandonner le véganisme ; je ne pouvais pas arrêter de me battre pour ce que je croyais. Même si cela me faisait mal.
 
Partie 2 – La guérison
 

Ma première bouchée de viande après trois ans et demie de véganisme a été à la fois la chose la plus difficile et la plus simple que je n’ai jamais faite. Des larmes coulèrent sur mon visage tandis que la salive se déversait dans ma bouche. Le monde était plongé dans le néant à mesure que je mangeais, mangeais et mangeais encore. Je pleurais de douleur et de colère, tout en gémissant de plaisir et de joie. Quand j'ai pris la dernière bouchée, je me suis reculée et j'ai attendu de me sentir malade. Je venais de dévorer un morceau d'animal mort, la chose la plus mauvaise que je puisse concevoir, sûrement mon corps rejetterait cet avilissement et je sentirais justifiée que je devais vraiment être une végétalienne.
 
Je me sentirais profondément joyeuse en écoutant finalement la sagesse de mon corps.
 

Au lieu de cela, mon visage était chaud, mon esprit tranquille, et mon estomac plein, mais.... J'ai cherché un mot pour décrire comment je me sentais... confortable. J'ai réalisé que pour la première fois depuis des mois, je me sentais rassasiée sans l'accompagnement de douleurs à l'estomac. Je n'avais mangé qu'un petit morceau de chair de vache, et pourtant, je me sentais totalement pleine, mais légère et rafraîchi tout à coup. Je me réjouis de cette nouvelle et inattendue combinaison de sensations. Comme c'était incroyable de ne pas avoir besoin de manger pendant une heure complète pour que mon estomac se soit étendu et distendu sur mon pantalon pour me procurer juste une heure ou deux de satiété. Comme il était bon de pouvoir manger la chose exacte dont depuis si longtemps mon corps avait besoin. Je me sentais profondément joyeuse d'écouter finalement la sagesse de mon corps. Quelle révélation.
 
Puis j'ai remarqué quelque chose d'autre de bizarre : mon cœur battait lentement, régulièrement. Normalement, après un repas typique de légumes, de riz et de haricots, ou d'autres plats amylacés, mon cœur battait et sautait pendant une heure environ après. Plusieurs visites chez un cardiologue, de nouvelles analyses de sang, un ECG et un échocardiogramme m'ont confirmé que mon cœur était en parfait état. Le cardiologue m’a expliqué que les palpitations déconcertantes après le repas étaient un symptôme de mes déficiences, ainsi qu'un signe d'instabilité glycémique causé par les portions massives de glucides que je consommais. Maintenant, après avoir mangé un seul morceau de steak, mon cœur battait, régulier, fort et lentement. Cela m'a fait pleurer encore une fois, cette fois de joie.
 
Chaque jour depuis 2 mois, je mange du poisson ou un morceau de viande ou des œufs. À ma grande surprise, j'ai découvert que je digérais un repas de viande et de légumes de loin, beaucoup mieux que je n'avais jamais digéré un repas de grains entiers / noix / végétaux. Je sais que l'hypothèse des lipides est totalement fallacieuse, ces aliments d’origine animale ne me rendront pas malade ou ne me causeront pas de maladie de toute façon, en fait, les vitamines et les minéraux qu'ils fournissent, avec le cholestérol nutritif et les graisses saturées saines, me rendront ma santé. Et ils l’ont fait. Il y a peu de choses aussi saines et nutritives que les produits organiques d’origine animale alimentés à l'herbe. Donc, ces derniers mois, j'ai mangé des animaux et des produits d'origine animale tous les jours. Et, je le dis avec un immense sourire reconnaissant sur mon visage : je suis de retour ! Après 1 mois de mon nouveau régime, mes niveaux sanguins étaient soit normaux, ou presque normaux. Après 2 mois, chaque déficit unique et hors des clous étaient complètement restaurés dans la gamme normale pour une bonne santé. Pas de problèmes. Pas un.
 
On dit que vous ne savez pas ce que c’est d’être en bonne santé jusqu'à ce que vous l’ayez perdu. Et je n'ai jamais réalisé à quel point ma santé était mauvaise jusqu'à ce que je commence à me sentir mieux. Rayonnante est la seule façon dont je peux peut-être décrire la façon dont je me sens maintenant. Si j'étais une femme religieuse, j’aurais parlé de miracle pour exprimer la transformation que j'ai subie au cours des 2 derniers mois. Je me réjouis maintenant de ma santé ; de la force de mes jambes quand je cours, la chaleur qui rayonne de ma peau, le pouvoir lent et mélodique de mon cœur et la parfaite connaissance de mon corps quand il me dit exactement ce qu'il faut manger, combien et quand.
 
Manger de la viande tous les jours s'est avéré être incroyablement facile parce que c'était exactement ce dont j'avais besoin tout du long.


Mon régime alimentaire est maintenant, évidemment, très, très différent de ce qu'il était avant. Au début, lorsque le médecin m'a suggéré de manger de petites portions de viande ou d'œufs tous les jours pour retrouver ma santé, j'étais paniquée. Quel dégoût, pensai-je. Je devrais sûrement le forcer dans ma bouche et ce serait une bataille juste pour avaler sans vomir immédiatement. Le docteur a juste souri et m'a dit de penser à ce que je voulais. Pas à ce que je pensais que je devais manger, mais ce que je voulais réellement. Cela a immédiatement frappé une corde sensible en moi. Donc, avec la permission de mon médecin, j'ai vraiment écouté mon corps pour la première fois depuis des années. Et peut-être pas si étonnamment, je me suis retrouvé à revenir à la façon dont j'avais mangé toute ma vie avant de devenir végétalienne, dans les années où je me sentais saine et invincible et où je n’avais jamais eu à faire face à des problèmes de sucre, des sautes d'humeur et des colères voraces accompagnées d'un ventre bourré et gonflé. Manger de la viande chaque jour s'est avéré être incroyablement facile parce que c'était exactement ce dont j'avais eu besoin tout du long.
 
Les changements que j'ai éprouvés étaient multiples et se sont produits si rapidement et de façon si décisive que je ne pouvais presque pas le croire. En une semaine, j'ai pu me lever sans voir de taches noires dans mes yeux, et je dormais paisiblement toute la nuit. À mon grand soulagement, mes douleurs d'estomac constantes et les ballonnements ont complètement disparu. En deux semaines, j'ai remarqué que mes allergies diminuaient, même à un moment où tous les arbres et les fleurs du voisinage commençaient à fleurir. Aussi dans les 2 semaines, je n'ai plus eu besoin d'un chandail juste pour m'asseoir sur le canapé, j’ai cessé de sentir que mes orteils et mes doigts étaient frigorifiés. À 3 semaines, je pouvais terminer une légère séance d'entraînement cardio de 20 minutes sans me sentir étourdie ou nauséeuse, quelque chose que je n'avais pas pu accomplir depuis des mois. À 3 semaines, j'ai aussi remarqué le changement le plus étonnant de tous : ma dépression était en diminution. Des jours passaient sans que je ne succombe à des heures de sanglots ou d'apathie. À 4 semaines, j'ai remarqué trois choses très étranges : ma mystérieuse douleur au bas du dos qui m'avait dérangé depuis près d'un an avait disparu, sans que je n'aie changé de chaussures ou fait de la physiothérapie ; la peau sur mon visage était dodue et pleine et les fines lignes que je pensais être juste un signe de la trentaine avaient diminué tellement qu’elles étaient à peine discernables, même si je n'avais pas changé quoi que ce soit à ma routine de soins de la peau ; et enfin, j'ai remarqué que mes cheveux étaient plus épais, plus brillants et beaucoup plus pleins qu'ils ne l'avaient été depuis des années, même si je n'avais rien changé de ma routine de soins capillaires.
 
Et maintenant, après 2 mois complets de non-véganisme, je peux honnêtement dire que je me sens renaître.
 

À 5 semaines, j'ai remarqué un buzz constant et permanent d'énergie qui me portait tout au long de la journée. J'ai commencé à être capable de faire des courses, de travailler, et d’écrire, le tout le même jour sans avoir besoin de repos fréquents. J'ai continué à attendre que l'épuisement me gagne... mais il ne s’est jamais présenté. Après 6 semaines, je me délectais de ma force et de mon endurance, je marchais littéralement autour de la salle de gym avec la mâchoire pendante d’émerveillement de mon endurance et de la découverte de ma nouvelle force. J'étais impossible à arrêter. Aussi à 6 semaines, je savais à coup sûr, de la manière que seule une personne avec les cicatrices de batailles contre la dépression peut connaitre, que mes sentiments de tristesse avaient disparu pour de bon. La joie et le sentiment le plus indescriptible de soulagement et de tranquillité étaient maintenant un don quand je me réveillais le matin. Et maintenant, après 2 mois complets de non-véganisme, je peux honnêtement dire que je me sens renaître. Guérie, je n’arrivais pas à le décrire, tellement je surpassais même mes espérances les plus folles. Je suis en meilleure santé, plus en forme et plus heureuse que je ne me souviens jamais l’avoir été. Mes journées sont bourrées d'heures de travail, de cheval, de randonnée avec mes chiens, de rire avec des amis, de travail, d'écriture et de vivre simplement. Je me sens en pleine santé et plus forte (tellement plus forte que je ne peux même pas le décrire) que je ne l'ai été depuis des années, et ce n'est pas quelque chose à laquelle je vais renoncer à nouveau. Je suis de retour !

Partie 3 - Repenser mes croyances
 

Trois années et demies de véganisme ne m'a pas seulement laissée épuisée, déprimée, et très malade, elles m’ont également rempli la tête de doutes et de questions sur l'éthique du véganisme. Si j'ai vraiment besoin de manger des animaux pour être en bonne santé, comment cela peut-il être si mal ? Ça a été un voyage compliqué et révélateur, et je me trouve maintenant dans un endroit bien différent d’où j'étais il y a 3 ans, il y a un an ou même il y a quelques mois. Peut-être que si ma santé ne s'était pas améliorée de façon aussi spectaculaire lors de la réintroduction de la chair animale, je n'en serais pas si sûre, mais cela s'est amélioré de façon remarquable, et maintenant, je retrouve ma vie et mon bonheur. En fin de compte, je ne peux plus penser qu'il est mal de manger des animaux.
 
Il y a plusieurs années, je croyais que le véganisme s'inscrivait parfaitement dans ma volonté de redéfinir radicalement le monde. En tant que féministe et anti-impérialiste révolutionnaire, le véganisme semblait être une autre façon de lutter contre les injustices auxquelles nous faisons face. Mais au fur et à mesure que les années passaient et que mon corps commençait à s’auto dévorer pour soutenir la nourriture que mon régime végétalien ne pouvait fournir, je commençais à perdre la volonté et l'énergie de faire le travail vital que j'avais tant aimé. Je n'avais plus la clarté mentale pour écrire mes fameuses révélations cinglantes, ni l'énergie physique pour enseigner, organiser et créer de la solidarité. Je crachotais, grinçais à un arrêt brutal. Je me suis rendu compte que le véganisme, mon choix d'acheter des aliments "sans cruauté" devenait rapidement ma seule voie d'activisme. C'était la seule chose pour laquelle j'avais vraiment de l'énergie. En tant que ferme radicale, j'ai toujours été opposée à l'emphase capitaliste des solutions personnelles, je refusais de participer au mythe dominant que nous pouvons acheter notre billet pour éviter la catastrophe. Et pourtant... avec mes réserves d'énergie en diminution et mes problèmes de santé dévastateurs, j'ai réalisé que c'était exactement ce que je faisais. Quand je suis tombée sur cette citation sur le véganisme de Megan Mackin, il semblait que cela avait été écrit pour moi : "Cela commence, à ressembler à un moyen très efficace de coopter un mouvement : prendre les esprits-militants les plus passionnés, les femmes en particulier, et faites-les se concentrer sur un mode de vie qui draine les énergies et qui les fait respecter la conformité aux autres. Les Grands Garçons continuent à gérer les choses, mais maintenant encore plus librement - sans beaucoup d'interférences".
 
Je me suis finalement forcé à appliquer la même éthique que j'avais utilisée pour analyser les aliments pour animaux à l'analyse des aliments végétaux et j'ai essayé de calculer l'impact macroéconomique de mes choix alimentaires. Je me suis vite rendu compte que je devais faire un changement sérieux. Comme je l'ai écrit auparavant, les aliments que je mangeais en tant que végétalien ne sauvaient pas plus de vies animales et n'étaient pas éthiquement mieux que les aliments que je mange maintenant en tant qu’omnivore, avec deux différences principales. D'abord, je ne me mens plus maintenant sur le fait que la vie exige la mort. Deuxièmement, je suis maintenant en bonne santé. Comme toujours, je m'inquiète toujours beaucoup de l'environnement, du bien-être des animaux et de la politique alimentaire, mais mes idées sur la façon de faire le plus de bien et faire le plus de changement ont radicalement changé. J'ai réexaminé la ligne du parti du végétalisme, que c'est la ligne de base morale, et j'ai admis que je n'avais jamais été à l'aise avec la déclaration arbitraire de tracer une ligne éthique dans le sable. En fait, pendant mon temps comme un végétalien, je n'ai jamais cessé de chercher une solution encore meilleure et une façon plus éthique de vivre. Je crois vraiment que je suis sur la bonne voie. Mes nouvelles pensées n'ont pas les slogans accrocheurs du veganisme comme "La viande est un crime", mais voici une brève conclusion :
 
Dans une de ces étranges circonstances que le hasard de la vie est toujours en train de nous proposer, mes problèmes de santé provoqués par le véganisme ont coïncidé avec une période intense de militantisme pour la justice alimentaire dans ma propre vie. Au cours de mon travail en tant que défenseur des droits alimentaires, j'ai eu de nombreuses discussions avec des agronomes, des agriculteurs, des agroécologues et des défenseurs du Sud, et j'ai appris combien je me trompais dans ma conviction précédente que le véganisme sauverait le monde. Alors que le véganisme présente une solution très simple et facile à comprendre aux problèmes du monde, et qu'il est donc devenu la stratégie politiquement correcte, c'est au mieux un pansement pour les crises écologiques et mondiales de la faim auxquelles nous faisons face. La nécessité pour le monde entier de devenir végétalien afin d'arrêter le réchauffement planétaire ou de prévenir la faim chronique est simplement et irréfutablement faux.
 
Comme je l'ai appris tout en étant assise aux pieds métaphoriques des principaux écologistes révolutionnaires du monde et des défenseurs des droits alimentaires, la seule façon pour l'humanité de survivre de manière significativement durable est de vivre entièrement dans nos systèmes alimentaires locaux, manger des plantes et des animaux qui vivent naturellement à notre proximité immédiate. Et cela ne comprend certainement pas des millions d'acres de céréales, dont la culture ne peut se limiter qu'à de très petites parties du globe. Pour produire des aliments végétaliens que j'avais l'habitude de considérer comme absents de cruauté ; l’agriculture moderne industrialisée oblige les terres à faire pousser des cultures qui lui sont étrangères et non naturelles, prive la planète de ses ressources, détruit des écosystèmes entiers, efface des espèces entières de plantes et d'animaux et crée un chaos de mort et de destruction alors que toujours plus de terres sauvages sont nécessaires pour remplacer les terres cultivées dévastées.
 
Cette dévastation planétaire (et les conséquences socio-culturelles qui en ont résulté) a commencé depuis bien plus longtemps que l'avènement des fermes industrielles qui n'ont été introduites que depuis quelques décennies. Bien sûr, comme tout être humain décent, je déteste le mal qu’est l'agriculture industrielle, et je suis opposée à son esclavage, la torture et les abus. Je reconnais également que la production massive de céréales a mené à la création de fermes usines en premier lieu ; cela n'aurait tout simplement pas été possible autrement. Nous ne cultivons pas autant de céréales parce que nous voulons avoir des fermes industrielles : nous avons des fermes industrielles parce que nous cultivons une telle avalanche de céréales. Le véganisme, tout en étant à l’origine plein de compassion et décent, est finalement à courte vue et ne résout pas nos problèmes. La nourriture locale, de préférence sauvage est la seule façon dont nous pouvons vivre sans causer la dévastation à cette planète. Et vivre vraiment localement, sans consommation massive de monoculture de céréales industrialisées ou de soja, dans presque toutes les parties du monde nécessite l'utilisation et la consommation d'animaux pour être saines.
 
En tant que végétalienne, je n'ai pas aimé penser au fait que sans les déchets des animaux, les os et le sang, l'agriculture est réduite à néant.
 

Cela a brisé mon cœur de végan d’apprendre combien il est inévitablement essentiel pour les humains d'arrêter l'utilisation d'engrais fossiles et de réintégrer les animaux dans la vie de la ferme. En tant que végétalien, je n'ai pas aimé penser au fait que sans les déchets des animaux, les os et le sang, l'agriculture est réduite à néant. Sans matière organique pour nourrir les plantes et le sol affamé, la précieuse terre végétale mourra et rien ne pourra y pousser, un fait de la vie que nous voyons se jouer autour du globe alors que des millions d'exploitations dépendantes des énergies fossiles s'effondrent. Lorsque nous dépensons des ressources comme l'eau et la nourriture pour les animaux, nous sommes remboursés dix fois. Non seulement l'eau et la nourriture sont réutilisées sous forme de fumier qui nourrit le sol d'une manière simple que l'eau ne peut pas, et les animaux que nous mangeons, et les restes de leurs corps sert à nourrir la terre affamée. Il est effrayant de constater que j'avais appris la nécessité de transformer l'agriculture sans même connaître le strict minimum de ce qu'il faut pour maintenir un écosystème sain. Je me rends compte que les statistiques que j'avais citées au sujet de la dévastation de l'environnement, de la consommation de céréales et de l'eau, de la pollution et de la mauvaise santé étaient toutes basées sur le nombre d'exploitations industrielles et non sur les réalités traditionnelles de l'agriculture qui peut nous guérir nous et notre planète.
 
Désormais, je vais choisir les morts qui me permettront de me maintenir en bonne santé la planète et moi.
 

Lorsque j'ai cessé de parler de la défense des aliments et que j'ai commencé à écouter les gens qui vivaient sur le front de la lutte mondiale pour la justice alimentaire, mes yeux ont été irrévocablement ouverts. Je me suis rendu compte que le véganisme, à bien des égards, nous retire de notre place dans l’ordre naturel des choses, nie notre participation nécessaire au cycle alimentaire et fait du monde naturel un monde étranger que nous ne pouvons plus comprendre pleinement. Les végétaliens aiment à dire que ce sont nos intentions qui comptent, mais je me demande "comptent pour qui ?". Je crois maintenant qu'au lieu de décider arbitrairement que les morts causées par le véganisme sont biens, alors que les morts causées par les omnivores sont impardonnables et que la mort de certains animaux doit être évitée à tout prix, tandis que d'autres sont un mal nécessaire, nous devons abolir toute la hiérarchie fabriquée que nous avons construite et nous en tenir au cycle de la vie et de la mort. Nous sommes tous connectés sur cette terre, et finalement, la mort est une partie nécessaire, inévitable de la vie. Qu'il s'agisse des décès d'animaux causés par un régime végétalien qui oblige la planète à un cycle de production artificiel et non-durable, tout en ne fournissant pas à beaucoup d'entre nous les nutriments nécessaires, ou ce sont les décès causés par une ferme en cercle fermé intégrant les animaux produisant de façon traditionnelle, il y aura toujours la mort dans nos assiettes. Désormais, je vais choisir les décès qui me permettront de nous maintenir en bonne santé la planète et moi.
 
Évidemment, la planète ne peut pas supporter 7 milliards de personnes de manière significativement durable, végétaliens ou pas. Par conséquent, une partie intégrale pour nous d’être capable de vivre d'une manière respectueuse de l'environnement n'est pas pour nous tous de devenir végétalien, mais pour nous de réduire la natalité et la population afin que nous puissions vivre véritablement localement. Tout d'abord, cela exigera la promotion des droits des femmes et l'émancipation mondiale des femmes. (il est vraiment étonnant de voir ce que le féminisme peut accomplir !) En ce qui concerne la faim dans le monde, tous ceux qui ont lu mes articles sur la faim dans le monde savent qu'il y a déjà plus que suffisamment de nourriture pour nourrir généreusement tout le monde sur la planète. Le capitalisme a transformé la nourriture, et surtout les céréales, en une marchandise, une arme de guerre et un moyen de faire des profits, au lieu du droit inaliénable qu'il devrait être. La façon de prévenir la faim n'est pas de nourrir les masses affamées avec des aliments dont nous nourrissons actuellement les animaux (l'excès de production alimentaire et le déversement de nourriture qui en résulte est l'une des causes de la faim en premier lieu), mais pour les personnes souffrant de faim chronique de jeter les chaînes du néo-impérialisme et de reprendre le contrôle de leurs systèmes alimentaires locaux.
 
La plupart des écosystèmes de cette planète ne peuvent tout simplement pas soutenir l'agriculture annuelle en grain et l'incitation par les végétaliens pour que les habitants adoptent un mode de vie végétalien de toute façon les condamne à une terre éventuellement déshydratée et à une famine inévitable.
 

Dans ma propre vie, ma décision de revenir à la voie omnivore a entraîné une réduction drastique de mon empreinte carbone. La vérité à laquelle, en tant que végétalienne, je ne voulais pas faire face est que la plupart des endroits sur cette planète ne sont pas adaptés à l'agriculture annuelle de céréales, mais à un mélange de cultures et d'élevage. La plupart des écosystèmes de cette planète ne peuvent tout simplement pas soutenir l'agriculture annuelle de grain et l'incitation par les végétaliens pour que les habitants adoptent un mode de vie végétalien de toute façon les condamne à une terre éventuellement déshydratée et à une famine inévitable. L'Arabie Saoudite, où je vis, est un de ces endroits. Maintenant, au lieu de compter sur les céréales et les haricots cultivés à l'étranger avec des pesticides et des méthodes agricoles sérieusement non-durables pour former la majeure partie de mon alimentation, je peux maintenant me concentrer sur les produits locaux d'origine animale comme la chèvre, l'agneau ou le poulet. Par exemple, je peux aller au marché local et acheter de la viande de chèvre de troupeaux de chèvres qui broutent à quelques kilomètres de distance sur le désert ouvert, emmené par les Bédouins d'oasis en oasis dans la tradition centenaire. Ces chèvres utilisent la terre sèche et rugueuse qui serait totalement impropre à la culture et ils boivent de l'eau de puits artisanaux antique. Si les terres qu'ils utilisaient étaient transformées en immenses étendues de champs, il faudrait des quantités énormes d'engrais synthétiques et d'eau importée, et cela détruirait l'écosystème délicat qui existe actuellement dans le désert. Non seulement, je me sens mieux physiquement et mentalement en tant qu’omnivore, mais mes choix sont beaucoup plus conformes à ma conviction que nous devons vivre aussi éthiquement et durablement que possible au sein de notre communauté locale.
 
Qu'il s'agisse de la destruction effroyable causée par les fermes industrielles ou de la destruction légèrement moins stupéfiante mais non moins dévastatrice causée par l'agriculture végétalienne, notre planète est irrévocablement anéantie et nous devons cesser de traiter les symptômes de cette maladie et abandonner des solutions à court terme. Nous ne pouvons pas sortir de cette crise, les solutions personnelles ne suffisent pas. Présenter le véganisme comme une panacée qui stoppe le réchauffement climatique, sauve tous les animaux et nourrie les masses affamées est myope et infondé. Et j’ai honte, en tant qu'éducatrice, d’avoir pu le croire. Nous devons plutôt concentrer nos efforts sur une refonte complète de la façon dont nous vivons sur cette planète. Rien de moins, est un suicide.
 
Partie 4 - Où aller à partir de là ?
 

Bien que mon choix initial d'être une végétalienne provint de l'impulsion toujours noble de faire la bonne chose et d'être aussi pleine de compassion que possible, c'était une erreur et un choix que je n'aurais jamais dû faire. Si j'avais fait mes recherches et posé les questions difficiles dès le début au lieu de laisser les images des fermes d'usine me guider, je me serais sauvé 3 ans d'efforts mal orientés ainsi que la détérioration de ma santé physique et émotionnelle. Si j'avais adhéré aux normes académiques rigoureuses auxquelles je m'adresse dans tous les autres aspects de ma vie, je pourrais avoir passé ce temps à lutter efficacement avec des solutions réelles, ainsi que de me sentir en bonne santé et heureuse. J'aurais aussi aimé m’être regardé moi-même et quand je me sentais le mieux. J'ai passé ma vie à manger de la viande et était plus saine que quiconque. J'aurais dû reconnaître que je venais d'une longue lignée de mangeurs de viande prodigieusement en bonne santé et réfractaires, d’aussi loin que quiconque s’en souvient. Mon corps a toujours su ce dont j’avais besoin pour être en bonne santé, et pourtant, j'ai ignoré cela et pendant trop longtemps sacrifié ma santé.
 
Beaucoup de gens ont suggéré que je ne devrais manger que des produits d'animaux que je déteste ou qui me dégoûtent, et que donc je serais sûre de ne jamais prendre plaisir à l'acte de manger de la viande. Ça m'attriste maintenant que j'ai réfléchi à cela pendant un moment. Après avoir réfléchi, je me demandais pourquoi la constante répulsion et le chagrin à chaque repas était le prix que je payais pour rester en bonne santé ? Pourquoi ne devrais-je pas cuisiner les repas les plus délicieux et me délecter du plaisir de manger une nourriture fabuleuse, saine et étonnante ? J'ai finalement réalisé qu'il est normal pour moi de prendre du plaisir à cuisiner un steak, ou rêver agréablement de toutes les nombreuses façons de cuire mon saumon du soir. Je refuse de jouer le jeu que tant de femmes (végétaliennes ou non) sont obligées de jouer de par notre société violemment haineuse ; je ne ressentirai jamais de honte ou de culpabilité à manger ce que mon corps veut et doit avoir pour être en bonne santé. Je prendrai de la joie et du plaisir sans vergogne, indéniablement dans chaque glorieuse bouchée. Je serai reconnaissante et festive en tout temps, tout en n’oubliant pas la leçon que j'ai apprise sur l'écoute de mon corps et en respectant le fait que je mérite d'être en bonne santé et heureuse.
 
Je suis sûre que beaucoup d'entre vous seront bouleversés ou déçus de mon annonce. Certains d'entre vous pourraient même essayer de rationaliser mon "échec" ou d'ignorer mon expérience de sorte que vous n'ayez pas à faire face à la possibilité que le véganisme pourrait ne pas être le seul moyen de vivre. Beaucoup d'entre vous pourraient même être en colère contre moi, après tout, vous avez pensé à moi comme une alliée, certains d'entre vous sont même végétaliens en partie à cause de moi. J'espère que vous êtes en mesure de réaliser que je dois faire ce que je crois être le meilleur, et ce que je crois être bon pour moi. Et si vous êtes un végan sain et heureux, alors je suis heureuse pour vous ! Continuez à faire ce qui fonctionne dans votre vie, mais peut-être retiendrez-vous de mon histoire que le véganisme n'est pas toujours la meilleure chose à faire pour notre propre santé ou pour la planète ou pour les animaux. Et si vous êtes végétalien et que vous ne vous sentez pas aussi en aussi bonne santé que d’habitude ou comme vous le souhaitez, ne perdez pas de temps à comprendre ce qui ne va pas et faites ce que vous devez faire pour aller mieux. Vous méritez d'être en bonne santé et heureux, aussi.
 
Les derniers mois ont été humbles et douloureux, mais finalement heureux. Je commençai ce chemin plein de désespoir, les yeux presque continuellement enflés par tant de pleurs, me demandant où aller à partir de là, quoi faire. A qui pouvais-je en parler, qu’allaient-ils dire ? Devais-je garder le secret ou bloguer à ce sujet, ou tout simplement disparaitre et ne jamais plus mettre à jour mon blog ? J'ai longuement réfléchi à mon blog, à mon précieux espace personnel pour partager mes histoires, les plus sottes, les plus belles photos et mes recettes préférées. Je ne voulais pas le laisser aller, mais comment pouvais-je continuer ? Dès que j'ai fait cette annonce, je savais que je recevrais des courriers de haine. En fait, à partir de remarques sur Twitter et d'autres blogs, j'ai déjà été inondé de lettres en colères m'accusant d'être un troll anti-végan conspirant depuis des années, ou un sbire de l'industrie de la viande.
 
Donc, je savais que je recevrais ce courrier haineux dès que j'ai fait cette annonce, mais je ne me sentais pas le droit de garder le secret plus longtemps. Je suis par nature une personne douloureusement honnête. Mais une fois que l'annonce a été faite, je me suis demandée, que dois-je faire alors ? Continuer à blogguer ? Arrêter de blogguer ? Dois-je prendre des photos de la viande, ou seulement montrer mes repas végétaliens ? Je ne voulais pas cacher une partie de ma vie comme si j'en avais honte. Je ne voulais pas nier la décision même qui a restauré ma santé et mon bonheur en ne soufflant jamais un mot de mes choix alimentaires à personne. Surtout, je voulais continuer à blogguer parce que j'aime la nourriture. J'aime y penser, écrire à ce sujet, la cuisiner, et surtout la manger. J'aime la nourriture et j'aime être une blogueuse sur la nourriture. J'adore la communauté, les amis, les rires, les souvenirs. Je ne veux pas donner tout ça. Donc, je vais continuer. Ma vie est si délicieuse - je veux en partager chaque bouchée !
 
-Tasha, voraciouseats.com

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager ci-dessous avec vos amis et votre famille :
 



 

signature

Mike Geary
Spécialiste diplômé en Nutrition
Entraîneur personne Diplômé
Auteur - Tout sur les Abdominaux
Co/Auteur - La Cuisine Brûleuse de Graisses
Le Top 101 des aliments qui COMBATTENT le vieillissement
Stoppez votre Diabète
 
 
 
 
 
 
Autres articles populaires :
 
Le pire aliment nuisible pour votre cerveau
 
7 Astuces pour ne jamais plus tomber malade
 
Vos Huiles de Cuisine – les Bonnes vs les Mauvaises (la vérité pourrait vous surprendre) !


 
 
   





 

© 2004-2018 ToutsurlesAbdos.Com - Exercices pour de superbes abdos, Entraînement pour un ventre plat, Comment perdre son ventre.

Nous prenons votre vie privée très au sérieux. Notre politique de confidentialité est ici.